Soeur Marie-Stella : « Notre cadeau de Noël a été l’arrivée d’Hyppolite »

Soeur Marie-Stella © Bruno Levy

À toute l’équipe du Pèlerin, chers amis lecteurs du Pèlerin,

Depuis mon retour au Togo, le 24 novembre 2011, les jours ont passé, comme les heures s’égrènent dans la journée. Je n’ai pas vu tout ce temps passé mais j’ai ressenti les événements qui ont jalonné tout ce temps. Déjà à la descente de l’avion, le personnel m’annonçait le décès d’un patient qui nous était cher. Il avait exigé que son enterrement se déroule en ma présence. Puis vingt-quatre heures après, une autre patiente décède. Elle avait demandé que ce soit l’Association vie qui organise son enterrement.

Nous avons passé une semaine à préparer les obsèques.

Un homme de 45 ans a laissé quatre orphelins et Dieudonné, 38 ans, a laissé cinq orphelins et une veuve de 31 ans.

Le bilan des décès de cette année 2011 a été très lourd. Nous avons perdu en tout et pour tout 50 patients. Pendant mon séjour en France, il y a eu 7 décès.

Vivre dans l’espérance
Nous n’avons pas voulu baisser les bras. Le 1er décembre, nous avons organisé une belle fête pour les malades à l’occasion de la Journée mondiale du sida. Elle a débuté par une messe rassemblant plus de 150 malades dans la chapelle de la communauté. Au cours de la célébration, nos intentions ont porté tous les événements et rencontres de l’année. Il y a eu des intentions pour toute l’équipe du Pèlerin, pour les bienfaiteurs, malades et orphelins du monde entier… L’homélie du père Moïse a invité les malades à vivre toujours dans l’espérance malgré les décès, à lutter ensemble avec l’Association vie contre la stigmatisation, à prendre conscience de leur réalité pour ne pas contaminer les autres… Bref à rester courageux dans cette vie qui n’est pas forcément facile au quotidien.

Cette belle messe s’est poursuivie avec une fête pour laquelle plus de 100 enfants sont venus nous rejoindre pour danser et partager un repas.

C’était une belle journée.

Hyppolite, notre petit ressuscité
Le lendemain, nous accueillons un beau cadeau de Noël : l’arrivée d’Hyppolite, 10 ans,  pesant 11 kg, tenant à peine debout. Il venait de Kara (à 217 km de Dapaong). Orphelin et gardé par des grands-parents très âgés, dépisté par l’Unicef lors de la tournée de l’ONG. Aucune structure n’a voulu de lui, aucune famille n’a voulu l’accueillir. À son arrivée, le voile de la tristesse enveloppa son visage. Mais après la prière du soir, la vie reprenait peu à peu le dessus. Les soins prodigués par maman Rita, l’attention porté par les autres enfants a ressuscité Hyppolite. En ce jour, il pèse 17 kg et demande d’aller à l’école.

Peu de temps après l’arrivée d’Hyppolite, les grèves se sont multipliées dans les écoles primaires universitaires. En raison de troubles, le gouvernement a été amené à fermer les deux universités (Lomé et Kara).

Nous avons fait revenir tous les enseignants à l’orphelinat pour jouer le rôle de grandes sœurs et grands frères en aidant maman Rita et maman Catherine à encadrer les enfants pour les répétitions des cours, la cuisine, les courses… Très vite, tout l’assemblée s’est constituée en une chaîne de fraternité avec nos enfants.

Dans cette ambiance, il fallait préparer Noël, veiller à ce que les ouvriers avancent dans les travaux, les finitions ont été très longues. Menuisiers, maçons, peintres, couturiers ont veillé pour les faire avancer mais hélas, les jours ont trop vite passé et les travaux n’ont pas été terminés dans les délais.

Notre cadeau de Noël a été Hyppolite. Quant à l’entrée dans notre nouveau bâtiment, ce sera pour plus tard.

Mais en ce jour béni, nous voilà dans cette belle réalisation à laquelle vous avez tous participé par vos dons, votre affection, votre attention à la vie et à l’avenir de ces enfants.

La lessive, le ménage, le choix difficile des élus se font tout doucement.

Les plus petits sont heureux de monter les bagages de leurs sœurs. Le bonheur se lit sur les visages. Plus question de dire que nous n’avons pas assez d’espace pour accueillir de nouveaux venus, même si nous n’avons jamais fermé la porte à un enfant.

Le 29 janvier 2012.

Découvrez la galerie de neuf photos présentant les travaux de finition de la maison Sainte-Monique à Dapaong au Togo (trois photos) ainsi que l’emménagement des jeunes filles dans leur nouvelle chambre début février 2012 (six photos).

Cette entrée a été publiée dans Marie Stella écrit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.