D’Avignon à Dapaong, le sida mobilise les lycéens

A l’initiative de Jacinthe Aguettant, 62 ans, infirmière scolaire, le lycée Saint-Joseph d’Avignon se mobilise depuis douze ans pour soutenir « Vivre dans l’Espérance »

«Le sida adore le silence, le mensonge et la misère… C’est pourquoi nous devons lutter contre de toutes nos forces. » C’est ainsi que Jacinthe Aguettant résume avec simplicité son engagement. Car cette infirmière scolaire au lycée Saint-Joseph en Avignon figure en tête des personnes qui soutiennent Sœur Marie Stella depuis les premiers jours de l’association.

« Dans les années 1990, raconte Jacinthe, je me suis liée d’amitié avec un infirmier qui était malade du sida. Il n’osait le dire à personne. Finalement, je l’ai accompagné jusqu’à la mort. A cette époque-là, l’épidémie commençait à faire rage en France et les traitements anti-rétroviraux n’existaient pas encore. » C’est à la suite de ce deuil qui l’a beaucoup affectée, que Jacinthe s’engage dans l’association « Chrétiens et sida » du Vaucluse. «  Nous étions déjà très conscients que le problème était encore plus grave en Afrique », se rappelle-t-elle.

En 1999, Sœur Hubertine, qui appartient à la congrégation des Sœurs augustines hospitalières vient leur parler de la situation que les religieuses rencontrent à l’hôpital pédiatrique de Dapaong, au nord du Togo et de leurs modestes efforts pour améliorer le sort des petits malades et de leur famille. Le groupe du Vaucluse se jumelle alors avec l’association « Vivre dans l’Espérance » que vient de monter Sœur Marie Stella à Dapaong et Jacinthe décide de se rendre sur place : « J’ai été très choquée par la situation d’extrême pauvreté que j’ai découvert. Je suis arrivée alors que la maman de Madeleine, Martin et Maguy venait de mourir (lire notre reportage ) Je me suis dit que nous devions nous remuer, en France, pour aider ces jeunes qui font preuve d’un grand courage dans les épreuves. Ils ont une maturité spirituelle étonnante. »

Alors, l’infirmière scolaire obtient du Conseil d’administration, l’autorisation de mobiliser les élèves et le personnel de Saint-Joseph dans le cadre d’un « pôle solidarité » que le lycée cherche à développer. Spectacles, ventes de cartes de Noël, de gâteaux… tous les moyens sont bons pour que les classes parviennent à récolter de l’argent. En 2001, leur action permet d’ouvrir la « maison Maguy », lieu de consultation et de suivi des traitements pour les malades du sida. En 2004, les élèves contribuent à l’aménagement de la maison Saint-Augustin qui est aujourd’hui l’orphelinat des garçons de l’association. « désormais nous contribuons à payer les examens biologiques de suivi des enfants malades »

Tout récemment, les élèves de Saint-Joseph ont joué « le conte de l’oranger » écrit par les élèves de « Vivre dans l’Espérance ». Le produit du spectacle va payer dix lits-gigognes pour la maison Saint-Augustin. Aujourd’hui, la lutte contre le silence est en bonne partie gagnée. Celle contre le mensonge – sur les causes magiques du sida par exemple – est entamée. Mais la mobilisation contre la misère que cette maladie révèle et accentue, doit continuer. Jacinthe et les lycéens de Saint-Joseph en sont bien conscients.

Sophie Laurant

Cette entrée a été publiée dans Le réseau des amis français. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à D’Avignon à Dapaong, le sida mobilise les lycéens

  1. élève du lycée St Joseph d'Avignon dit :

    Bonjour,
    Nous faisons partie de l’association Togo au lycée, et cet article nous touche beaucoup et nous fait énormément plaisir! :)
    Comme vous l’avez dit, nous avons fait quelques actions cette année pour aider l’association  » Vivre dans l’espérance  » avec un grand plaisir, et nous avons pu aussi leur offrir un ordinateur pour pourvoir communiquer et créer des liens avec eux.
    La fin de l’année arrive et nous leur souhaitons un bel avenir !

    • Sophie dit :

      Merci de vos commentaires sur notre Blog. Je vous invite à rejoindre la page Facebook « Les amis de Sr Marie Stella » qui est encore une ébauche… et à la recommander autour de vous.
      A bientôt, n’hésitez pas à nous tenir au courant des actions que vous entreprenez au lycée en faveur des orphelins du Togo. Racontez-nous, envoyez des photos (où mettez les sur Facebook), etc.
      A bientôt !
      Sophie Laurant