Un 2000 e savon au profit de l’association VIE

Benoît Bourin, agriculteur dans la Marne et fondateur de l’association « L’acacia et le Néré » nous fait part de sa 2000e vente d’un « savon de Joséphine » qu’il commercialise au profit des orphelins de Dapaong, au Togo.

Samedi 1er septembre, nous avons vendu notre 2000e savon dans le cadre d’une vente organisée au Foyer de Charité de Baye (Marne). Tout au long de la semaine, se déroulait dans ce foyer, l’Université d’été Sainte-Hildegarde, avec des conférences de médecins sur la nutrition et la médecine selon sainte Hildegarde.

C’est fraternellement que Marie-France et Claude Delpech, les organisateurs de cette rencontre, m’ont laissé intervenir pour expliquer la démarche « Savon de Joséphine » qui renferme douze plantes médicinales : « Se faire du bien … tout en faisant du bien ».

L’accueil fut très favorable auprès des 100 participants et la vente en fin de session fut un succès. Un soutien sur le long terme est en réflexion. Marie-France et Claude Delpech nous propose d’assurer un relais de commercialisation du savon au sein de leur structure « Les Jardins d’Hildegarde » située à Auteuil-Le-Roi. Celle-ci rayonne dans toute la France et au-delà en s’appuyant aussi sur un réseau de de relais.

N’oublions pas que derrière ces perspectives de développement, c’est une activité plus importante pour l’atelier de fabrication de savon pour Joséphine et un soutien financier plus régulier pour l’oeuvre de soeur Marie Stella.

Merci à tous pour votre soutien et rendons grâce au Seigneur pour cette petite aventure commerciale et ses belles retombées!

Benoît Bourin

Cette entrée a été publiée dans Les savons de Joséphine. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Un 2000 e savon au profit de l’association VIE

  1. Gimenez dit :

    Nous devrions être des millions à acheter ce savon !!!! Puisque c’est pour une oeuvre humanitaire, d’autant plus que tous le monde est censé se laver. Alors celui là plutôt qu’un autre, moins nocif, meilleur pour la peau, et pas cher du tout. Des opérations comme celle-ci il devrait y en avoir plus, mais il faut aussi penser aux pauvres de France, trouver un moyen pour qu’ils s’investissent dans des oeuvres caritatives qui agissent pour eux. G.A