Des puits pour la ferme de Vivre dans l’Espérance

Le puits vient d'être creusé dans le bas-fond de la ferme, consacré au maraîchage. (photo D. R.)

Le puits vient d’être creusé dans le bas-fond de la ferme, consacré au maraîchage. (photo D. R.)

Bonne nouvelle pour l’association de Soeur Marie Stella : deux puits ont été creusés sur l’espace maraîcher de la ferme. Ainsi, les orphelins bénéficieront de légumes frais tout au long de l’année. Une mesure importante car la malnutrition chronique, banale dans cette région du nord du Togo, ralentit la croissance de tous les enfants et aggrave la faiblesse de ceux qui sont séropositifs.
Sur le terrain agricole que possède l’association Vivre dans l’Espérance, deux puits ont été creusés et un couvercle les protège de la pollution animale.
Ces puits devraient donc permettre une production régulière tout au long de l’année, surtout en fin de saison sèche en mars, avril et mai (avant l’arrivée de la saison des pluies ) car l’alimentation en eau ne peut alors se faire par les canaux venant du barrage en aval.
Cette amélioration de l’arrosage est très intéressante car si les produits du jardin sont vendus, les prix seront plus élevés en cette période et devraient donc générer davantage de revenus pour l’association. Cela permettra avant tout, bien sûr, pour les orphelins, une alimentation en légumes plus régulière.

Autour du puits, les cultures de Lambert attendent d'être arrosées. (photo D. R.)

Autour du puits, les cultures de Lambert attendent d’être arrosées. (photo D. R.)

Marcel, le directeur de Vivre dans l’Espérance, confiait aussi que l’association a offert la possibilité aux voisins des autres parcelles, de puiser leur eau dans les puits. Ils ont ainsi accès à une eau propre pour la cuisine. Ce geste permet d’établir un bon climat de voisinage et de limiter les jalousies qui ne manquent pas de surgir.
Reste un problème crucial à résoudre : clôturer l’ensemble du périmètre maraîcher qui représente la moitié du terrain total de la ferme – l’autre partie abritant des champs de céréales et légumineuses-, afin de le protéger contre la divagation des animaux. Sinon, tous les efforts entrepris par le jeune fermier, Lambert, risquent d’être réduits à néant.

Le chantier de forage du puits. (photo. D. R.)

Le chantier de forage du puits. (photo. D. R.)

L’agriculteur français Benoît Bourin, par l’intermédiaire de son association, l’Acacia et le Néré, lance désormais un projet pour financer cette clôture indispensable qui parachève l’équipement de la ferme de Vivre dans l’Espérance. Une clôture efficace coûte 10 € par mètre linéaire, et il faut compter  environ 600 mètres…
Vous pouvez participer à ce projet en le contactant :
benoit.bourin@wanadoo.fr ou 03 24 72 75 72

 

Cette entrée a été publiée dans Le réseau des amis français, Les savons de Joséphine. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Des puits pour la ferme de Vivre dans l’Espérance

  1. Bravo et un grand MERCI pour votre action . Je rend grâce à Dieu pour tout la bonté l’amour que vous apportez à tous ces êtres d’amour . Que Dieu vous bénisse et vous aide dans votre démarche. Je vais 3 semaines a Boumbouaka, du 27 septembre au 19 octobre au centre Don Orione . J’aimerais beaucoup vous rencontrez . Avec mon ami nous avons crée une association Yovo Togo pour venir en aide au centre et je suis vraiment très touché par vos aide et le don de vous que vous donnez à tout ceux qui sont dans le besoin. l’amour existe sur cette terre , vous en êtes inondés.
    Encore un grand Merci
    Marie-Paule

  2. FRAN47 dit :

    Très bonne nouvelle …

  3. marie stella dit :

    Bravo et merci à Benoit et à tous les amis qui ont permis la faisabilité de ces deux puits sur le terrain de maraîchage plein d’avenir pour enrichir l’alimentation de nos orphelins. Bisou à tous.
    Soeur Marie Stella