Journal de bord (2) des Apprentis d’Auteuil au Togo

A l'oeuvre sur le chantier de la ferme (Photo B. C.)

A l’oeuvre sur le chantier de la ferme (Photo B. C.)

Voici quelques autres nouvelles du séjour du groupe des Apprentis d’Auteuil, venus du nord de la France pour découvrir les ados de Vivre dans l’Espérance et les aider à construire des bâtiments pour la ferme.

Bonjour,
Le temps passe si vite!
Déjà mardi 23 juillet au matin! Que de merveilleux moments vécus ces

Le magasin de stockage semble pousser au fil des pluies. (Photo B. C.)

Le magasin de stockage semble pousser au fil des pluies. (Photo B. C.)

derniers jours.

A présent, ce ne sont plus huit blancs et trois « noirs blancs » qui se baladent dans les champs de Dapaong mais huit visages bronzés et trois « noirs blancs » qui se déplacent!
Le soleil est donc bien présent mais, en cette saison, une pluie rafraîchissante vient régulièrement nous apaiser! 
En fait, ce temps permet beaucoup. Depuis que nous sommes là, l’environnement a considérablement changé, le maïs tout petit est à présent aussi grand que nous, les champs de haricots qui étaient en cours de plantation sont maintenant bien verts. 
On pourrait presque croire que le chantier avance grâce à cette période de pluie car chaque jour, le bâtiment progresse à vue d’œil et l’aire de battage prend forme. 
Le champ adjacent au chantier verdi à la même vitesse que le bâtiment grandi!
Comme vous pouvez le constater dans ces mots, chacun est assidu à son travail du matin soulevant pelles de sable et de gravier, piochant la terre, passant le sable au tamis et milles petites choses de ce style. 
Plus que quatre jours de chantier! reste le crépi à mettre en place, le toit, la fresque à peindre et l’aire de battage à couler, la terre ayant était bien répartie. 
La petite bande des plus jeunes dans la cour de Sainte-Monique. (Photo. B.C.)

La petite bande des plus jeunes dans la cour de Sainte-Monique. (Photo. B.C.)

En même temps, de nombreux petits jeux renforçant les liens franco-togolais sur le chantier sont nés : Courses de brouettes pleines, lancés de cailloux précis, concours de vitesse au tamis…

Chaque après-midi et soirée, on retrouve dans la cour des lieux de vie, un Français par-ci-par-là avec un groupe de jeunes Togolais. Ici, avec une guitare ou un djembé, là, avec un jeu, où encore en échangeant sur leur vie respective…. Certains des jeunes Français sont vraiment comme des poissons dans l’eau en cette contrée éloignée!
Dialogues entre binômes. (Photos B. C.)

Dialogues entre binômes. (Photos B. C.)

voltic james 1Mais qui sont ces jeunes pour qui nous sommes venus ici au Togo? 
Pour les jeunes Français qui sont ici, la question semblerait presque incroyable tant la vie quotidienne est rythmée par le chant, le jeu et le rire. Ils répondraient qu’ils sont en « vacances » avec des ados togolais et qu’ils partagent donc un temps commun de vacances. Bref, le rythme et la façon de vivre sont bien semblables en ces jours « extra-ordinaires »!
Pour tous les jeunes de l’association VIE qui sont présents, l’espérance de la Vie est plus forte que l’expérience qu’ils ont fait et qui les marque pourtant au cœur puisqu’ils ont perdus un ou plusieurs parents à cause du sida.
Ces derniers jours ont été marqués par une grande expérience, un des sommets du séjour : le weekend en famille. Chaque Français est parti avec son binôme dans la famille de celui-ci. Parents, oncle, tante… suivant la réalité de vie de chacun.
Le propre de ce temps fut que chacun a vécu une réalité unique. 
Marion avec les petits. (Photo B. C.)

Marion avec les petits. (Photo B. C.)

Marion par exemple s’est rendue dans la famille de sa binôme et a eu « la chance » de se retrouver plongée dans la célébration d’un décès! Paradoxalement, ce moment donne lieu, de fait, à une grande fête où l’on danse, chante, mange… C’est un temps de joie, temps de fête.

Georges était accueilli avec son binôme dans la famille de la soeur de Soeur Marie Stella. Il a pu visiter une radio chrétienne locale, faire le marché, aller danser…
Paterne, chez son binôme, s’est promené, a regardé la TV, joué à la console et a participé à la fête de deuil où se trouvait Marion.
Chacun des jeunes a pu profiter de son temps de découverte.

Jeux de l'après-midi. (Photo B. C.)

Jeux de l’après-midi. (Photo B. C.)

Pour terminer ce jour, une petite page de vie quotidienne.

Les garçons se partagent deux chambres et les filles une chambre. Ils ont chacun leur lit surplombé par une moustiquaire. Le matin, le réveil est à 7h. Douche et petit dej’ avant le départ pour le chantier à 8h.
retour du chantier entre 12 et 13h puis douche et repas.
Le soir repas à 19h et éventuellement temps d’échange en groupe. A 22h, chacun est invité à regagner son lit pour la nuit. Les temps de l’après-midi et du soir sont, soit libres, soit animés par des « shows » et autres festivités.
Benoît, le chroniqueur du séjour. (Photo B. C.)

Benoît, le chroniqueur du séjour. (Photo B. C.)

Benoît Chermanne

Cette entrée a été publiée dans Le réseau des amis français, Les jeunes écrivent. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Journal de bord (2) des Apprentis d’Auteuil au Togo

  1. Vincent HERLIN dit :

    Merci pour ces nouvelles. Ce troisième séjour, par ce que vous en racontez,montre bien la force de l’échange et du lien entre nos communautés et toute la richesse qu’elle apporte à chacun. Bonne fin de séjour, profitez de tous les instants, bâtissez vos souvenirs et construisez l’amitié.
    Vincent

    :