Les jeunes contaminés se serrent les coudes

Le groupe des ados. (Photo D. R.)

Le groupe des ados. (Photo D. R.)

Un groupe de prière et de réflexion réunit désormais dix adolescents malades, au sein de l’association Vivre dans l’Espérance. Il s’agit de sortir de soi, de dépasser sa colère et sa tristesse d’être touché par le VIH. Mais aussi, de parler ensemble, de faire des projets et de se soutenir mutuellement. Kokou, notre correspondant auprès de l’association vient d’en être élu président. Il nous raconte avec ses mots à lui, la seconde session du groupe auto-baptisé « Les amis de Jésus ».
Ce 12 Avril 2014, s’est tenue, ici, à Dapaong, dans la clôture du couvent des Sœurs Hospitalières du Sacré Cœur de Jésus, la session du premier trimestre des adolescents contaminés, sur le thème : « Tournés vers l’avenir ».
Après l’accueil et l’installation des participants par Sœur Marie Stella, nous nous sommes installés autour d’une table pour étudier le programme.

IDA, La nouvelle

Bienvenue à Ida, la « nouvelle » ! (Photo D.R.)

Intégration de la jeune Ida
Marie Stella présenta au groupe, une nouvelle jeune fille, Ida, qui est arrivée à la maison Sainte Monique deux semaines plus tôt. Ensuite, chacun a pris la parole pour expliquer en quoi consiste ce groupe des adolescents contaminés. Ida a pris la parole pour dire un grand merci à la Sœur de l’avoir acceptée à la maison et l’avoir fait entrer dans ce groupe où elle apprendra beaucoup de choses. Elle a remercié aussi les membres du groupe pour le partage qu’ils ont accepté faire avec elle.
Comme la semaine qui allait suivre cette session était la semaine Sainte, sœur Marie Stella nous incita à chercher à nous épanouir avec et à travers les autres, en faisant du bien aux autres. Elle illustra son propos avec deux lectures : le premier Livre d’Isaïe (ch 50, v 4 à 7) et la lettre de Saint Paul apôtre aux Philippiens, (ch 2, 4 à 11).
Nous avons évoqué la Passion de Jésus, du lavage des pieds de ses disciples jusqu’à la Croix. Puis nous nous sommes rappelé les mots clés de la session précédente qui nous avaient touchés.

Pilate, Hérode, Judas et Pierre…
De 18 heures à 19 heures 55 minutes, ce samedi 12 Avril , s’est tenue la messe. Puisque nous n’aurions pas le temps d’aller à la messe du dimanche des Rameaux, la Sœur nous donna chacun un rameau pour la procession. Le Père André bénit les rameaux et suivi la procession jusqu’à  la chapelle de la communauté. Au cours de l’homélie, il  dit : « Nous et non seulement nous, mais tout homme vivant sur cette terre, ressemblons à ces personnages du jour  : Pilate, Hérode, Judas et Pierre. Pilate, qui dit qu’il n’est pas responsable de la mort de Jésus. Hérode, qui veut voir avant de croire et qui ordonna de frapper Jésus. Judas, l’aimé de Jésus qui est parti le vendre aux pécheurs. Pierre, qui a nié trois fois avant le chant du coq. »
A la fin de cette messe, a eu lieu l’exposition du très Saint Sacrément pour une adoration de 45 minutes. De 19 heures 55  à 20 heures 10 minutes,  ce fut le repas préparé par notre Maman Jacqueline.

Réflexion autour du témoignage d’un tétraplégique
Fini le repas, fini la vaisselle,  une première causerie et un débat ont lieu autour de

Travaux de groupes. (Photo D. R.)

Travaux de groupes. (Photo D. R.)

l’histoire d’un homme paralysé, tétraplégique. Jean Christophe Parisot est pourtant préfet, diacre et père de 4 enfants. Il a perdu l’usage de ses jambes à 9 ans, puis de ses bras à 20 ans, de ses mains à 30 ans  et de ses poumons à 40 ans. Malgré tout, il continue la mission que Dieu lui a confiée. Il a accepté de donner son témoignage au mensuel Panorama : « Dieu me dit : N’aie pas peur de vivre » . Cette phrase nous a touchés, nous les ados contaminés.
La vie de cet homme est différente de la nôtre et surtout plus dure. Nous, malgré notre situation, nous devons progresser, ne pas nous fâcher de notre état de santé, garder en tête que nous sommes tous enfants de Dieu, que nous avons des fonctions à jouer dans la vie sociale et chrétienne, que la vie ne s’arrête pas lorsque maladie survient.

Au levé à 6 heures, la prière matinale s’est déroulée à  6 heures  30 minutes suivie du petit déjeuner. Après, la deuxième causerie de la session s’est déroulée autour d’un enseignement de Saint Augustin « Apprendre à accueillir Dieu » à partir de la lecture de Saint Jean (ch 11, verset 17 à 46) où Jésus visite ces amis Lazare, Marthe et Marie.  Saint Augustin nous dit d’apprendre à nous connaître, à connaître les autres et c’est en connaissant que nous pouvons connaître Dieu. Nous devons être nous-mêmes en nous libérant de tout, savoir accueillir et recevoir. Marthe dans cette lecture a accueilli Jésus mais ne l’a reçu parce qu’elle était pressée et est retournée à son travail. Marie, elle, a  accueilli Jésus. Une chose très importante pour nous est d’accueillir, d’écouter et de recevoir ses lectures et ses paroles.
La deuxième partie de cette causerie avait pour thème: Rencontrer  Dieu, c’est rencontrer Jésus, nous devons aimer nos frères et sœurs avant d’aimer Jésus c’est la seul chose qui peut nous amener à rencontrer Dieu. Nous devons accueillir nos proches tel qu’ils sont, quel qu’en soit leur état, tels que nous aussi nous sommes, offrir tout ce que nous avons de cher au Seigneur en commençant par notre corps. Comme la Samaritaine au puits, à midi, qui rencontrait Jésus et lui donner de l’eau vive, l’eau de la vie.

Florence, Kokou et Madeleine (de gauche à droite) sont élus. (Photo D.R.)

Florence, Kokou et Madeleine (de gauche à droite) sont élus. (Photo D.R.)

Des élections pour un nom et un bureau
Puis les travaux de groupe ont commencé à 10 heures avec trois  questions : Les mots clés ou les phrases que nous avons retenues et qui nous ont touchés depuis le début de la session; les propositions de nom pour le groupe; les propositions pour fédérer le groupe et les moyens à prendre pour les activités.
Lors de la mise en commun des résultats, le nom du groupe adopté a été : Les amis de Jésus. Pourquoi ce nom ? Il vient de la première causerie de la journée dans l’enseignement de Saint Augustin où Jésus visite ses amis Marthe, Marie et Lazare.  Nous sommes à leur image.
Nous avons aussi décidé que notre groupe des amis de Jésus aura une prière que chacun et chacune récitera chez lui et qui sera récitée en commun à la maison Sainte Monique le dernier samedi de chaque mois. Nous décidons d’un temps de retraite  qui se fera hors de la ville de Dapaong du 24 au 29 Juin 2014, afin de chercher quelle pourra être cette prière.
De retour de la pause, nous passons à l’élection d’un bureau pour conduire à la bonne marche du groupe. Chaque participant a pris un petit bout de papier sur lequel il écrit le nom de trois personnes qu’il désire élire : Le responsable du groupe, son premier conseiller et le deuxième. Les résultats ont donné :

  • Responsable : Mr Alexandre Kokou S. AHOLOU
  • Première conseillère : Mlle Florence Zénabou TONDORE
  • Deuxième conseillère : Mlle Madeleine Adjenglé F. KOMBATE
  • Première Secrétaire : Mlle Jacqueline Awawou MOUSSA
  • Deuxième Secrétaire : Mr Jean Paul Yendoupabe LARE.

Après l’élection, a eu lieu un temps de travail personnel où chacun a écrit sur une feuille ce

et Jean-Paul. (Photo D. R.)

Jacqueline et Jean-Paul, les secrétaires. (Photo D. R.)

qui l’a marqué, impressionné et tout ce qu’il a puis retenu au cours de cette session et a rédigé les décisions qu’il veut prendre après cette session. Ces travaux personnels sont mis dans un panier que nous déposons devant l’autel pour l’Adoration.
Au même moment où se passe l’Adoration, le père André donne le pardon de Dieu aux participants qui se confessent parce qu’ils n’ont pas eu le temps pour la Pâques. La confession et l’Adoration prirent fin à 17 heures 30 minutes.

Réfléchir à des sorties et des activités
Ainsi prit fin la session par une discussion sur ce que le groupe peut faire comme activité pour faire rentrer de l’argent pour les retraites et les sorties soit hors de la ville de Dapaong et  hors du pays. En conclusion, les participants et Sœur Marie Stella organisèrent un petit pot, avec une bouteille « de sucrerie » (soda) pour chacun.
Alexandre Kokou S. Aholou

Cette entrée a été publiée dans Les jeunes écrivent, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Les jeunes contaminés se serrent les coudes

  1. kouak mariestella dit :

    Je suis une mère comblée de joie malgré mes multiples soucis.
    Bravo Kokou et tout le groupe des Amis de Jésus. Que le Seigneur bénisse cette nouvelle espérance qui nait tout doucement.

  2. Thérèse Marie dit :

    En lisant ce compte rendu, j’ai été très émue, et dans l’action de grâce pour ce partage et ce groupe des Amis de Jésus, Merci et à chacun courage et espérance pour en distribuer partout…. cueillons des fleurs d’espérance….
    Que Marie en ce mois de mai vous inspire des gestes de « visitation ».
    Merci

  3. Dumon Mireille dit :

    Qu’elle émotion et quelle admiration de vous voir ainsi témoigner en toute simplicité de ce que vous vivez , vous les adolescents courageux que nous avons rencontré à Dapaong ! De tout coeur, je souhaite que votre Espérance , si bien transmise par vos ainés , devienne contagieuse . Que cette force que vous trouvez au sein du groupe que vous venez de former soit le moteur de votre énergie et de votre joie de vivre.
    Je vous embrasse avec affection de la part des « Maminou »
    Mireille ….à qui vous manquez beaucoup.

  4. Merci à vous aussi qui pensez à nous, les enfants orphelins vivants avec le VIH/SIDA. Je dis souvent que bien que je n’ai plus mes parents avec moi, j’ai des personnes qui sont plus que mes parents et je les aime tous. Que Dieu vous bénisse tous. Tous ce que je suis aujourd’hui, je le suis par la grâce de Dieu et tout ce que j’ai, c’est grâce à vous. Un grand Merci à notre Maman chérie, Soeur Marie Stella pour la joie qu’elle mets en nos lèvres.
    A nos donateurs et bienfaiteurs, merci pour tout ce que vous êtes et ce que vous faites pour nous enfants vulnérables. Ne craint pas ce qui peut tuer le corps et ne peut rien contre l’âme plutôt, craint ce qui peut tuer et le corps et l’âme et les jeter dans l’enfer. Cette maladie n’est pas une punition, alors pourquoi me culpabiliser et gâcher ma vie précieuse devant mon Créateur?
    Merci, Seigneur, pour cette confiance et cette joie mises en moi.
    Kokou, responsable du Groupe, les Amis de Jésus, de l’Association Vivre dans l’Espérance