Nina, ambassadrice en France de Vivre dans l’Espérance

Nina à Paris. (Photo Arthur Gauthier.)

Nina à Paris. (Photo Arthur Gauthier.)

Elle s’appelle Nina et elle a 24 ans. A la demande de Soeur Marie Stella qui cherche à impliquer les jeunes dans le fonctionnement de l’association, elle est venue pour un mois en France, représenter les enfants et les responsables de Vivre dans l’Espérance. Lourde tache pour un premier séjour à l’étranger !
Heureusement, avant de prendre la parole en public à Angers, auprès de l’association Yendouboame puis à Nîmes, auprès de Maminou, Nina a pu séjourner quelques jours à Paris… chez son amie Claire.
Et cette fois, c’est Claire qui faisait le guide : Tour Eiffel, Notre-Dame, Sacré-Coeur… Nina a découvert, enchantée, la capitale française. « C’est beau et très propre ! » s’est-elle exclamée.
Elle a aussi goûté à toutes les spécialités, afin de pouvoir raconter aux enfants à quoi ressemble une crêpe bretonne ou un crumble à la rhubarbe…

Et bien sûr, Nina est passée faire un petit tour à Bayard, à Montrouge, dire bonjour à la directrice de la rédaction, Anne Ponce et à toute la rédaction de Pèlerin. Sans oublier un petit coucou aux éditions Bayard. Elle nous a aussi raconté son histoire.
La jeune fille fait partie des toutes premières familles que Soeur Marie Stella a pris sous sa grande aile blanche, dès 1998, au moment où elle fondait tout juste l’association Vivre dans l’Espérance. « Soeur Marie Stella a soigné mes parents jusqu’à la fin. Puis elle s’est occupée de ma petite soeur et de moi-même » raconte celle qui est aujourd’hui licenciée en économie et finances internationales. Nina a étudié à l’université de Kara, à 300 kms. de au sud de Dapaong.

En visite à Pèlerin, Nina, accompagnée de Sophie Laurant et Claire Guérini se fait expliquer le travail de la maquettiste, Nelly. (Photo Arthur Gauthier.)

En visite à Pèlerin, Nina, accompagnée de Sophie Laurant et Claire Guérini se fait expliquer le travail de la maquettiste, Nelly. (Photo Arthur Gauthier.)

« Mais comme il est est long d’obtenir des stages d’entrée dans la vie active, en attendant, je donne de mon temps à l’association » a-t-elle expliqué.
Elle se définit comme « assistante » et s’occupe aussi bien des enfants que de la comptabilité. Surtout, Nina est chargée de veiller sur les visiteurs européens, en particulier les jeunes de son âge, comme Claire.
Devant les assemblées générales des associations de soutien françaises, l’étudiante présentera les derniers projets et activités de Vivre dans l’Espérance : « je m’habitue peu à peu à parler en public » sourit-elle doucement. Courage Nina, ça vient!
Sophie Laurant

 

Cette entrée a été publiée dans Le réseau des amis français. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Nina, ambassadrice en France de Vivre dans l’Espérance

  1. Dumon Mireille dit :

    Bonne arrivée Nina , sois la bienvenue ,
    Tous les « Maminou  » t’attendent avec impatience et la joie au coeur à l’idée de cette rencontre et du partage. Notre assemblée générale s’annonce conviviale car cette année, sachant que tu vas venir, beaucoup d’adhérents ont fait savoir qu’ils seraient là venant du Nord de la France, de l’Est, de l’Ouest et du Sud aussi, parcourant beaucoup de kilomètres pour le plaisir de te connaître et de t’embrasser.
    Ta marraine « Yaya » est dans une grande impatience de te voir enfin . Bon séjour à Angers chez les « Yendouboame » et rejoignez nous vite… Je t’embrasse Mireille

  2. Marcel dit :

    Bonne percée ma grande fille, tiens bon et prends soin de tout.
    Elle est brave cette jeune qui s’engage au service de ses soeurs.
    puisse Dieu lui donner le courage et la patience de percer dans ses projets.