Vivre avec le sida en France ou au Togo

Pascale discutant avec un groupe d'enfants porteurs du VIH. (Photo D. R.)

Pascale discutant avec un groupe d’enfants porteurs du VIH. (Photo D. R.)

Le 26 Avril 2014, Pascale Médori, de l’association Maminou, organisait au Théâtre du Tremble Mots à Mons-en-Baroeul, une soirée d’échanges sur le thème de la vie avec le VIH. C’était pour elle, une façon de témoigner de cette réalité en France et d’expliquer ce qu’elle avait vu au Togo. Maman Rita, de l’association Vivre dans l’Espérance était aussi présente et a expliqué les difficultés propres aux familles togolaises.

Accueillis dans un petit théâtre aux rideaux de velours mauve ou rose, une dizaine d’amis de Pascale Médori et des membres de sa famille se sont retrouvés, pour de fructueux échanges. Cette soirée s’est déroulée en présence de Maman Rita, la responsable de l’orphelinat Sainte-Monique à Dapaong, de passage dans le Nord de la France et de Mireille Dumon, présidente de l’association Maminou, venue, à cette occasion du sud de la France.
Maminou apporte aide et soutien aux orphelins et aux familles victimes du sida au Togo.
La soirée a débuté par le témoignage fort et surtout très émouvant de Pascale qui avec beaucoup de simplicité, d’authenticité, et de courage a parlé de sa vie avec le virus qu’elle jugule grâce aux traitements. Elle a surtout fait part de son désir d’aider ceux et celles qui luttent au Togo pour mener une vie digne, telle qu’ils la souhaitent.
Pascale et Mireille avaient déjà rencontré à Dapaong au mois de janvier 2014, au sein de l’association Vivre dans l’Espérance, les adultes, pour la plupart des femmes, les adolescents et les plus jeunes contaminés par le virus du VIH. Ainsi réunis dans des groupes de paroles, favorisant les échanges, les confidences avaient été particulièrement poignantes.
Pascale a beaucoup impressionné là-bas comme ici par la simplicité avec laquelle elle parle d’elle-même. Elle a su mettre en confiance toutes ces personnes en souffrance  et créer des liens véritables et solides avec elles. Elle a regretté que ne soient pas mis en place en France des structures et des groupes tels qu’a su le faire Sœur Marie Stella au Togo, pour permettre aux personnes vivant avec le sida, de se rencontrer, échanger et parler de leurs difficultés.
Un sujet tabou en France aussi
En France, le sida est encore un sujet tabou ! Beaucoup trop de personnes cachent encore leur contamination par peur de la stigmatisation, alors qu’aujourd’hui, au sein de l’association Vivre dans l’Espérance, les femmes vaillantes bien que victimes du VIH, se regroupent et vont dans les villages de brousse, pour témoigner, informer, et apporter leur soutien.
Néanmoins, tout n’est rose non plus au Togo. Lors de leur séjour en mars dernier, Mireille et Pascale ont été témoins du rejet des personnes contaminées, de la misère et de la solitude des personnes en fin de vie.
Une vidéo projection d’images émouvantes a rendu compte de cette triste réalité vécue là-bas.

L’importance du parrainage
pour les jeunes de Vivre dans l’Espérance

Ces femmes, veuves pour la plus part sont parfois sans ressources, et accueillent pourtant avec courage des bébés orphelins. Les parrainages des nourrissons sont donc d’une extrême importance ! Pascale espère voir un jour en France des personnes qui vivent avec le sida, parrainer à leur tour au Togo, des enfants orphelins et contaminés, ce qui pourrait donner à tous du sens à leur vie.
Maman Rita a témoigné, à son tour de ses propres difficultés pour soigner les enfants de la maison familiale Sainte-Monique. Elle est très souvent obligée de les convaincre de prendre leur traitement. Les enfants, parfois lassés, refusent d’avaler les pilules énormes, mal adaptées et les plus grands sont parfois découragés. Ils  pensent ne plus avoir d’avenir.
Maman Rita a expliqué combien un parrainage peut contribuer à l’épanouissement d’un enfant qui se sait alors aimé, accepté, reconnu grâce à  cette forme de relation. Ainsi, Hortense, la filleule de Pascale s’est véritablement transformée depuis qu’elle et Pascale se sont rencontrées.
Les parrainages Maminou sont d’un grand secours car, si cinquante et un enfants sont parrainés par les adhérents, tous les enfants de la Maison Familiale  qui en bénéficient.

Les autres actions de Maminou
Mireille a aussi témoigné des actions Maminou qui assurent, entre autres, aux enfants la sécurité alimentaire: achat et culture d’un terrain agricole, création d’un élevage de cochons poules, pintades et moutons.et construction des locaux utiles. Lambert un jeune orphelin a aussi  pu bénéficier d’une formation professionnelle en agropastoralisme.
Cette exploitation permet de favoriser l’amélioration et la qualité des repas ce qui est  primordial pour les enfants qui vivent avec le VIH, dans un pays ou beaucoup d’entre eux souffrent et meurent encore de malnutrition.
Les personnes présentes dans le petit théâtre de poche ont posé de nombreuses questions.
Daniel Destombes, ami de Pascale et propriétaire des lieux a été plein d’attentions délicates envers les personnes de l’auditoire qui s’étaient attardées. Puis il a fait chanter le « Je vous salue Marie » de Georges Brassens au groupe réuni dans cette chaleureuse et amicale atmosphère.
La soirée s’est poursuivie par le partage d’une soupe de légumes préparée et servie par Daniel. Une belle soirée souvenir à garder précieusement au fond du cœur

Cette entrée a été publiée dans Le réseau des amis français, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Vivre avec le sida en France ou au Togo

  1. Marcel dit :

    Merci à Pascale qui a su placer les mot juste afin de garder la confiance en soi au niveau des personnes vivant avec le VIH de l’Association. Vivre avec le VIH est un mystère dans un monde encore plein d’ignorants. Courage à toute l’équipe de VIE qui maintien le cap sur les échanges autour du VIH/sida

  2. kouak mariestella dit :

    Bravo Pascale pour ta dynamique depuis notre rencontre
    Ton passage ici à été un grand réconfort pour mes enfants le personnel et tous les autres malades. Merci pour ton témoignage poignant signe de Vie et d’espérance.
    Nous te soutenons dans cette bataille pour la Vie. Bisou à partager avec tes gentilles filles et leurs familles ainsi que tous tes amis et les membres de l’Asso Maminou.