Camille et Juliette découvrent Dapaong

Juliette ( à gauche) et Camille avec des petits de l'association Vivre dans l'Espérance. (Photo D. R.)

Juliette ( à gauche) et Camille avec des petits de l’association Vivre dans l’Espérance. dans le quartier de Tantigou, à Dapaong. (Photo D. R.)

Une foule de jeunes Français ont envahi les locaux de l’association Vivre dans l’Espérance. D’abord, il y a les Apprentis d’Auteuil, et en attendant le groupe d’Arras, ceux de Cambrai semblent à pied d’oeuvre. Au milieu, Camille et Juliette, deux jeunes bachelières parisiennes sont venues découvrir le travail de Soeur Marie Stella et donnent un coup de main pour occuper les plus jeunes. Elles nous envoient un récit de leurs premières impressions.

Arrivées à Ouagadougou, on est tout de suite baignées dans l’ambiance africaine, avec chaleur et moustiques au rendez-vous! Le voyage est long jusqu’à la frontière mais nous permet de découvrir les premiers paysages!
Des enfants de Vivre dans l'Espérance, à la maison Sainte-Monique. (Photo J. Vincent.)

Des enfants de Vivre dans l’Espérance, à la maison Sainte-Monique. (Photo J. Vincent.)

L’accueil par les chants et danses des enfants de Sainte-Monique est très chaleureux, nous nous sentons déjà comme chez nous!

Nous avons rencontré les apprentis d’Auteuil, présents dans le but de construire un espace pour les stylistes de l’association ; puis les jeunes de Cambrai logeant à la maison d’accueil, qui partagent tous l’envie d’apprendre aux jeunes enfants du village.

La couturière en chef prenant les mesures de Juliette pour la création d'une robe. (Photo D.R.)

La couturière en chef prenant les mesures de Juliette pour la création d’une robe. (Photo D.R.)

Les cours du matin ont débuté le mercredi, et nous nous sommes occupées des maternelles assez dissipées. Il est vrai qu’il est important de s’adapter au système éducatif togolais puisqu’il est différent du nôtre.
L’après-midi est consacrée au temps libre et aux jeux, ainsi nous pouvons nous éclipser pour visiter les environs. Nous avons découvert l’hôpital où les enfants sont soignés, rencontré Sœur Geneviève et Sœur Angèle, et enfin rendu visite à l’orphelinat des garçons Saint-Augustin.

Après-midi à l'ombre, les jeunes filles de la maison Sainte Monique nous intègrent à leurs chants religieux. (Photo J. Vincent.)

Après-midi à l’ombre, les jeunes filles de la maison Sainte Monique nous intègrent à leurs chants religieux. (Photo J. Vincent.)

Jeudi soir, nous avons fêté le départ d’une équipe française travaillant pour l’entreprise GDF SUEZ,  venus pour installer des panneaux solaires à la ferme de l’orphelinat.
Enfin, vendredi, première matinée de pluie depuis trois semaines, le village est ravi, mais les enfants moins.puisqu’ils sont tous tombés malades…
Nous vous écrivons depuis l’association où nous avons découvert

Camille découvre la coutume africaine du pagne afin de porter Augustin. (Photo J. Vincent)

Camille découvre la coutume africaine du pagne afin de porter Augustin. (Photo J. Vincent)

ce matin nos pagnes, puis, partons pour le marché afin de nous faire tresser les cheveux.

Nous avons hâte de continuer cette aventure et de vous faire partager les moments que nous vivons!
A bientôt !
Juliette et Camille
Cette entrée a été publiée dans Les jeunes écrivent, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Camille et Juliette découvrent Dapaong

  1. alexandra dit :

    Tata Pascale et moi venons de lire ton article…Nous sommes très fières de toi et suivrons ton aventure. Gros bisous de notre part et de Valentine.