Jacky et Solange sur la route de Dapaong

Jacky avec la petite Sandrine de Vivre dans l'Espérance, sur ses genoux. (Photo D. R.)

Jacky avec la petite Sandrine de Vivre dans l’Espérance, sur ses genoux. (Photo D. R.)

Le séjour de deux membres de l’association Maminou, Jacky et son épouse Solange, raconté avec humour…

Jacky, le doyen du premier cercle de Maminou est enfin devenu le « nouveau Togolais », le « novice de Dapaong » puisqu’il s’est décidé à rendre visite à « ses » enfants de Dapaong. Un peu apeuré d’affronter tout seul la « sévère » sœur Marie-Stella, il a pris soin de se faire accompagner par son épouse, Solange, une « vieille routarde togolaise ». Elle connait bien, en effet, l’association Vivre dans l’Espérance et ses différentes maisons de Dapaong : Sainte-Monique et Saint-Augustin où logent une partie des orphelins pris en charge, la maison Maguy, centre de consultation pour les séropositifs de la région, la maison d’hôtes Saint-Jean… pour les avoir visitées au cours de ses précédents séjours à Dapaong.

Solange avec Stella, "petite fille" de Maman Rita. (Photo D. R.)

Solange avec Stella, « petite fille » de Maman Rita. (Photo D. R.)

Une mise en jambe a été nécessaire avant cette aventure : Une petite halte dans la ville des lumières, Lomé, a permis de rencontrer les « grandes » filles de Dapaong, Marie-Reine, notre filleule chérie, Rosine et Sandrine, les filleules chéries de Françoise, Augustine, la filleule chérie d’Emmanuelle, et Akim l’un des derniers chéris de Mireille et Pierre, tous membres actifs de Maminou. Autour d’un bon et joyeux repas dans un petit restaurant de Lomé,  cette rencontre nous a permis de beaucoup échanger sur nos vies et projets respectifs.

Un voyage mouvementé

Lundi matin 22 septembre, nous voilà partis pour Dapaong.  Maman Rita, venue se reposer quelques temps à Lomé, nous accompagne. En la prenant, nous faisons un rapide bisou à Stella, sa « petite » fille.

Au préalable, un délicat choix de taxi s’était imposé : en vingt minutes, trois changements de voitures et deux changements de chauffeur, tous de la même compagnie, avaient été nécessaires, « les Blancs » que nous sommes, commençant à s’inquiéter ; « pas grave, nous explique Papa, le dernier chauffeur, on a essayé tous les taxis pour être sûr qu’il y en aurait un bon qui nous monterait jusqu’à Dapaong, celui-là est super, on va y arriver ! » « Les blancs » sont devenus encore plus pâles… malgré les assurances de Papa  : cette Mercedes va franchir tous les obstacles, tous les trous de la RN1 qui relie Lomé à Dapaong, à 800 kms plus au Nord !

Jacky avait déjà fait le chemin de Damas, Solange les chemins de Saint-Jacques et de Stevenson, mais la RN1 c’est un autre morceau! Pour nous, un « mauvais chemin » c’est lorsqu’il faut gravir les derniers mètres d’un grand sommet des Alpes, mais jamais un chemin où doivent passer les voitures, encore moins une route nationale, et la 1ère d’entre elle, la RN1 ! Jacky qui croyait tout savoir de l’Afrique _ oh le prétentieux! _  n’en croyait pas ses yeux, et serrait fort les fesses ! Des trous, comme l’avait dit notre chauffeur ? que non, des crevasses, des grands « comme la porte d’Aix » aurait dit mon père… La sage Maman Rita, comprenant son angoisse, a calmé notre Jacky par ses rires et chansons.

Arrivée à la nuit tombante à Dapaong. Accueil par Sœur Marie-Stella et Nina, interminables embrassades, super repas préparé et servi par Hortense. Nuit courte mais sereine sous le ventilateur de la chambre de la villa Saint-Jean. Tiens, il fait chaud aussi la nuit à Dapaong, le guide touristique ne l’a pas signalé.

Rencontre avec les petits

Premier petit-déjeuner à 6h du mat, sur la terrasse et enfin sous la fraîcheur, la journée

Accueil de nos délégués Maminou à Dapaong par Soeur Marie Stella et Nina. (Photo D.R.)

Accueil de nos délégués Maminou à Dapaong par Soeur Marie Stella et Nina. (Photo D.R.)

commence bien ; pas le temps d’un second café, les enfants de Sainte-Monique débarquent, nous sautent au cou, montent sur nos genoux, nous câlinent et nous entraînent vers leur maison pour voir les plus petits et amener les bagages remplis de vêtements pour eux.

La rencontre avec les enfants est un émerveillement pour Jacky. Solange a la larme à l’œil en revoyant les petits qui ont bien grandi depuis sa dernière visite, il y a quatre ans : Paul, Pierre, Mimi, Awefa, Aïcha-Florence, Noura, Sophie, Jeanne, Samuel, Clémentine… quelques fois sa mémoire défaille, mais les enfants la reconnaissent tous!

Petite fête en l’honneur de l’arrivée de Solange et Jacky

La bande des "petits" de Sainte-Monique. (Photo D.R.)

La bande des « petits » de Sainte-Monique. (Photo D.R.)

Et la fête continue pour le départ de Nina pour Lomé, préparée par Hortense.
Jacky est très triste de voir partir Nina, mais, heureusement, Sandrine la remplace très vite dans son cœur! Solange fait de même avec Augustin.

Puis, Marie-Stella nous conduit à la ferme. Le poulailler a expiré mais les chèvres prospèrent. Jacky est émerveillé par la qualité du travail accompli sur les deux parcelles de terrain.

Un peu de tourisme tout de même…

On vagabonde dans la « grande » ville de Dapaong en passant successivement par la

Le marché très animé du centre de Dapaong. (photo D.R.)

Le marché très animé du centre de Dapaong. (photo D.R.)

maison Maguy de l’hôpital pédiatrique, avec rencontre de sœur Geneviève, par Ensemble pour la Vie » (EPV) les locaux de l’association, avec rencontre de Cathé et de Marcel, visite de l’atelier des couturières, de la maison Saint-Augustin, et du fameux marché de Dapaong.

Solange et Jacky s’octroient aussi un peu de tourisme aux fameuses grottes et greniers de Nano. Perchées en haut de falaises dominant la savane de plus de 400 m, ces grottes ont servi de refuge aux

Les fameuses grottes. (Photo D.R.)

Les fameuses grottes. (Photo D.R.)

populations des petits villages lors des invasions par d’autres tribus entre les XVIIe et XIXe siècles. Plus d’une centaine de greniers taillés et façonnés à partir des matériaux locaux (pierres, argile, paille), contenaient les récoltes, les vivres et les fétiches, permettant de soutenir un siège pendant plusieurs mois. Une source, encore mieux cachée, permettait leur alimentation en eau potable.

Notre séjour à Dapaong prend, hélas, fin le vendredi 26 septembre. Charles, le parfait et calme chauffeur, nous conduit à Ouagadougou où nous allons passer quelques jours chez notre amie burkinabé Barkissa. Que de bonheur ce trop court séjour à Lomé, Dapaong puis Ouagadougou ! Jacky découvrait tout ça et regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt. Son émerveillement a été total, surtout frappé par le fonctionnement de Sainte-Monique – Saint-Augustin étant toujours en travaux d’agrandissement.

Le dévouement exemplaire de Marie-Stella et maman Rita, était connu bien sûr, mais les voir à l’œuvre à toute heure du jour et de la nuit, s’occuper du petit Emile, gravement malade, qui venait de rentrer, de tous ces petits enfants… et ils n’étaient pas tous là puisque les vacances continuaient, le rôle des grandes, Nina encore présente pour quelques jours, mais les autres un peu plus jeunes aussi, il n’en revenait pas.

L’organisation extraordinaire que cela suppose, éducation, soins, repas, jardinage, cultures, réunions, comptabilité, suivis des grands à Lomé, formation professionnelles pour ceux qui ne vont pas continuer leurs études,….,

Le bonheur de tous ces enfants, rayonnants de sourire et d’attention pour nous les vieux parrains, leur respect entre eux, leur calme et leur obéissance à toutes les consignes, surprenant pour ceux qui ont pu fréquenter les petites écoles françaises actuelles, leur assiduité à l’école le jour et aux devoirs du soir, mais aussi leur enjouement à faire la fête et à chanter en toute occasion… Une vraie réussite!

Jacky et Solange

 

 

 

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Le réseau des amis français, Les jeunes écrivent. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Jacky et Solange sur la route de Dapaong

  1. traore dit :

    C’est avec plaisir que je viens de lire la publication sur le voyage de jacky et Solange.C’était très chaleureux cet accueil!!!!Il fallait voir le sourire dans les yeux de tous(Jacky,Solange,Marie-Stella et les enfants)!très adorable! Que le seigneur unisse la famille MAMINOU ainsi que la famille VIVRE DANS L’ESPÉRANCE pour une coopération sincère et prospère pour le bien-être et le futur des enfants en besoin. Nous sommes tous appelés à prendre la relève de demain si il existe une réelle fraternité, une union sans distinction de race, de religion entre nous les jeunes, les enfants. Ensemble un futur meilleur et radieux pour tous.
    Akim