La visite fructueuse des Apprentis d’Auteuil

La plongée dans la piscine, à Kara : un des moments forts du séjour. (Photo D.R.)

La plongée dans la piscine, à Kara : un des moments forts du séjour. (Photo D.R.)

Dans le souci d’éduquer, de former et d’insérer dans la vie active les jeunes en difficulté familiale qu’elle accueille, la fondation des Apprentis d’Auteuil (1) et l’association Vivre dans l’espérance (2) ont signé depuis 2011 un accord de partenariat. Ce partenariat consiste à organiser des voyages de rencontre entre les jeunes accompagnés par des responsables dans le but de créer des liens de solidarité et de partage de connaissances, à travers de diverses activités culturelles qu’ils mènent ensemble.

Arrivé le 10 juillet 2015, le groupe de 19 personnes, envoyé par la fondation d’Auteuil pour le chantier solidarité 2015 a été accueilli chaleureusement par les enfants de Vivre dans l’Espérance et particulièrement ceux des deux maisons d’accueil réunis à la maison Saint-Augustin. L’installation fut rapide vu que les chambres étaient préparées et réparties d’avance. Avec 19 jeunes Togolais de Vivre dans l’espérance, le groupe était formé de 19 binômes dont 6 binômes d’encadrants.
Cette année, trois objectifs principaux avaient été définis :  les échanges de valeurs et de culture, les relations entre binômes et le chantier solidarité :

  • Les échanges inter culturels

    Les Evalas, ces rites d'initiation ont eu lieu à Kara. (Photo. D. R.)

    Les Evalas, ces rites d’initiation ont eu lieu à Kara.
    (Photo. D. R.)

Ce fut une vraie réussite. La rencontre est une chance pour le développement personnel

des jeunes et une occasion pour eux d’acquérir une certaine maturité. Les Français ont appris des Togolais et ces derniers ont aussi réussi à s’adapter au mode de vie de leurs amis Français, ce qui a permis d’avoir une bonne cohésion du groupe. Les encadrants du groupe ont su satisfaire les désirs des jeunes en prenant surtout compte de leurs différences au cours de discussions.
Dès le lendemain de l’arrivée de l’équipe française, la visite guidée des différentes structures de Vivre dans l’espérance eu lieu le matin, suivie d’un petit saut au marché de la ville de Dapaong. L’après-midi, un match de football fut organisé pour marquer le début de la rencontre et faire naître un esprit de confiance et de communication entre les jeunes.
La deuxième semaine fut celle des découvertes. D’abord le groupe accompagné de Patrick, le comptable de Vivre dans l’espérance, a passé le week-end à Kara, où ils furent logés dans les locaux de SAR AFRIQUE (3) .

Visite de l'université de Kara. (Photo D. R.)

Visite de l’université de Kara. (Photo D. R.)

Dans la matinée du samedi 25 juillet 2015, ils ont visité les locaux de l’université de Kara, puis assisté aux « évalas » : l’initiation à la vie d’homme des adolescents de culture Kabyè, marquée par les danses traditionnelles et luttes. La finalité première est d’habituer les jeunes à l’endurance, au courage et au stoïcisme. L’aspect intense de l’évènement est renforcé par les sacrifices que l’adolescent doit consentir : jeûne, abstinence sexuelle et scarifications qui sont les signes extérieurs du guerrier.

La matinée a été clôturée par un déjeuner chez les sœurs de la Providence de Saint Paul. L’après midi a été extraordinaire : une randonnée dans la ville et enfin une halte à l’hôtel Kara où certains ont appris à nager dans la piscine. Ce fut une bonne expérience pour

L'expérience de la natation... (Photo D. R.)

L’expérience de la natation… (Photo D. R.)

certains jeunes Togolais qui sont descendus pour la première fois dans une piscine!

Le groupe a ensuite repris chemin vers Dapaong le dimanche matin en transitant par le pays Tamberma orné de magnifiques paysages et des demeures mystérieuses appelées « Châteaux Tamberma » construits par l’un des peuples les plus authentiques d’Afrique : Les Tamberma. C’est un site considéré comme l’un des 100 plus beaux au monde, classé patrimoine mondial de l’Unesco.

Les magnifiques châteaux Temberma. (Photo D. R.)

Les magnifiques châteaux Temberma. (Photo D. R.)

Bien avant, les jeunes des deux pays animèrent une émission à la radio rurale communautaire de Dapaong le jeudi 23 Juillet au cours de laquelle ils ont expliqué à la population, les relations de partenariats qui existent entre la fondation d’Auteuil et vivre dans l’espérance, l’historique de la création des deux structures, leur importance dans le processus de développement ainsi que leurs objectifs. Ce fut une occasion pour le groupe de lancer un appel à la

Découvrir une autre culture n'empêche pas de s'amuser ! (Photo D. R.)

Découvrir une autre culture n’empêche pas de s’amuser ! (Photo D. R.)

participation de la population au bon déroulement des activités de vivre dans l’espérance.

Une rencontre entre le groupe du chantier solidarité et celui venu de la communauté de Cambrai fut organisée par Sœur Marie Stella. Ce fut une occasion pour les deux groupes de faire connaissance. Le groupe de la fondation d’Auteuil en a profité pour poser des questions de compréhension et d’éclaircissement sur le fonctionnement de l’associationVivre dans l’espérance, la vie des enfants qui y sont accueillis et les modes de prévention du VIH/sida.

La dernière visite fut celle effectuée dans les grottes à Nano. Il s’agit de cavités qui ont servi d’abri et de refuge aux populations autochtones de la plaine lors des périodes d’insécurité diverses de la région du XVIIe au XIXe siècle.

  • Les relations entre binômes:

Les échanges entre binômes ont débuté dès l’arrivée du groupe français à Dapaong. Un exercice de connaissance mutuelle leur fut donné permettant à chaque personne d’un binôme de connaitre les projets et les désirs de son associé. Ensuite les binômes sont restés dans les mêmes dortoirs ce qui leur a permis d’être plus proche l’un de l’autre et de mieux échanger sur leur vie.
Un binôme de jeunes était choisi chaque jour pour s’occuper des tâches ménagères de la maison. Enfin comme chaque année, un week-end est réservé à la réception des jeunes dans des familles d’accueil. Cette initiative est l’une des mesures qui permettent de faire connaître les différences culturelles et le vécu quotidien des familles aux jeunes Togolais et Français pendant ces trois semaines au cours desquelles ils doivent vivre ensemble.
Voici les témoignages de quelques jeunes et encadrants français sur leur vécu pendant le week-end en famille d’accueil :

  » Je suis heureux de pouvoir découvrir avec mon binôme la ville de Dapaong. Ce qui me touche le plus c’est la pauvreté des gens que je rencontre. Ceci me fait penser à la chance que nous avons de vivre en France ». Karim

« J’ai été marquée par l’hospitalité des gens, l’amour familial. Les gens donnent tout ce qu’ils ont malgré la précarité de la vie, ce que nous n’avons plus en France où l’individualisme est très poussé. » Mathilde

« J’ai appris à me doucher et à cuisiner à la togolaise. C’est un plaisir pour moi de découvrir ce que les autres vivent. J’ai surtout aimé l’accueil chaleureux que les gens nous ont réservé et la sympathie des personnes que nous rencontrons. » Daphné

  • Le chantier de Solidarité 2015

Le chantier, cette année, a consisté à la construction d’un atelier de développement

Démarrage du chantier qui consiste à hausser d'un étage l'atelier de stylisme, afin d'accueillir d'autres artisans. (Photo D. R.)

Démarrage du chantier qui consiste à hausser d’un étage l’atelier de stylisme, afin d’accueillir d’autres artisans. (Photo D. R.)

artisanal qui sera géré par quatre jeunes de Vivre dans l’espérance qui viennent d’achever leur formation.

Lundi 13 Juillet : petit déjeuner, distribution de gants, instructions données par Frédéric et Jean, les deux chefs du groupe et c’est parti! Les jeunes prirent le chemin en direction d’EPV (« Ensemble pour la Vie »), le nom du centre dans lequel se dérouleront les activités de l’association. Les maçons locaux avaient déjà commencé la construction qui est allée très vite vue que la main d’œuvre était importante.
Les jeunes ont monté le gravier, les briques, les paquets de ciments et le sable sur l’étage en construction. Ils ont encore tamisé le sable pour le prochain crépissage et monté les murs.
Il était aussi prévu que les jeunes travaillent aussi pour le centre de santé. Ce deuxième chantier a accusé un grand retard et les travaux n’ont débuté qu’ à la fin de la deuxième semaine de l’équipe française.
Le groupe fut scindé en trois avec des rotations tous les deux jours : outre la construction du bâtiment, il y avait atelier de peinture dans toutes les salles du centre EPV (l’administration de Vivre dans l’espérance) et reboisement à la ferme. Ces différents travaux étaient coupés d’une pause  de 20 minutes à 10 heures pour permettre aux jeunes de se reposer. Les après midi étaient occupées par les jeux de divertissement.

Cette année, l'accent a été mis sur la complicité à l'intérieur de chaque binôme. (Photo D. R.)

Cette année, l’accent a été mis sur la complicité à l’intérieur de chaque binôme. (Photo D. R.)

Il régnait entre tous les membres du groupe une bonne ambiance. Presque tous les jeunes se sont investis dans le travail, seuls quelques uns étaient un peu désorientés car c’était leur première participation, ou ils étaient frustrés par la routine et la lourdeur de la tâche. Malheureusement, le technicien du bâtiment du rez-de-chaussée avait sous estimé la longueur des poutres par rapport au poids du bâtiment à construire au dessus , ce qui a provoqué l’arrêt des travaux de construction pour des raisons de sécurité : une poutre a commencé par avoir des fissures pendant les préparatifs pour la pose de la dalle. Ce problème a eu pour conséquence une augmentation des dépenses par rapport à ce qui était prévu. Les travaux de finition ont continué après le départ des Français, le 1er août, par un renforcement du rez-de-chaussée. Bien que le chantier n’ait pas été achevé, une cérémonie de remise de diplôme de participation fut organisée le 31 Juillet, en fin de matinée.

Dans la nuit du 17 Juillet, une réunion de bilan du partenariat fut organisée en présence du Directeur Nord-pas-de Calais d’Apprentis d’Auteuil, Monsieur Florent de Bazelaire et de Monsieur Xavier Lafont le responsable des actions éducatives de solidarité internationale chez les Apprentis d’Auteuil qui ont effectué une visite éclair à Dapaong, pour voir de près les réalisations effectuées et celles en cours puisque c’était la dernière année de l’accord de partenariat.

Au cours de la réunion, Monsieur Florent de Bazelaire a d’abord mis l’accent sur les objectifs de la rencontre, la façon dont il est enrichissant de participer à de tels projets. Il a ensuite apprécié la manière exceptionnelle dont sont gérés les chantiers au Togo avec « Vivre dans l’espérance ». Il a enfin pris la décision de continuer le partenariat. Il a conclu en ces termes :  » J’apprécie la manière dont Vivre dans l’espérance est beaucoup plus proche dans la réalisation des projets éducatifs pour les jeunes, le dynamisme de la sœur Marie Stella…On apprend des Togolais comme des Français à ouvrir notre cœur et a accepter l’autre, ce qui nous fait grandir. Nous sommes heureux de continuer le projet et nous remercions les jeunes des Apprentis d’Auteuil pour leur engagement, leur volontariat et leur façon positive de vouloir partager ensemble. Nous avons pris la décision de continuer et les Apprentis d’Auteuil ne peuvent pas laisser couler cette association ».

Témoignages et avis des participants

« Ce soir mon cœur est triste de vous laisser tous derrière moi. Je garderai grâce aux films et photos, les visages de chacun d’entre vous et je pourrai me souvenir chaque jour de la chance que j’ai eu de vivre cette expérience de partage à vos côtés. Je n’ai suffisamment de mots pour vous décrire ce que je ressens, mais une chose est sure, c’est que tout cela m’a permis de grandir et de poursuivre mon chemin en puisant la force nécessaire dans le souvenir de ce séjour. J’espère pouvoir renouveler cette expérience à vos côtés affectueusement. » Frédéric

« Je dis un sincère merci à tous ceux qui ont participé au chantier solidarité 2015. Le « vivre ensemble » n’a pas été tout à fait facile au début mais peu à peu nous-nous sommes adaptés. Je suis particulièrement content d’avoir partagé mes vécus et mes connaissances avec des frères et sœurs qui m’ont enrichi grâce à notre différence culturelle. Je présente mes excuses à tous ceux que j’ai offensés au cours de l’exercice de mon rôle. Je suis désolé pour le fait que le chantier ne se soit pas déroulé comme prévu à cause de l’incident survenu.  Pour finir, je vous souhaite un bon voyage en espérant vous retrouvez une prochaine fois. «  Jean Le Grand Yoabone            

« C’est toujours un grand plaisir de venir ici à Dapaong. On y est toujours très bien accueilli et à la fin, tout le monde n’espère qu’une chose : pouvoir un jour se revoir. Cette année dans l’ensemble ça été sauf le fait qu’on n’ait pas terminé le chantier. Peut être je suis-je trompé mais je trouve que cette année il y a moins d’échanges inter-binômes : on a beaucoup insisté sur les couples de binômes donc les gens avaient tendance à chercher être avec leur binôme. Ce que j’ai le plus apprécié c’est l’après-midi de mercredi avec les jeux organisé à Sainte Monique car cela a permis au groupe de rencontrer les enfants et les grands de l’Association Vivre dans l’Espérance qui sont à Sainte-Monique et d’ aller voir maman Rita dans une excellente ambiance. Tout le monde était mobilisé pour passer un moment joyeux. » Paterne

Propos recueillis par les Jeunes de Vivre dans l’Espérance

(1) Fondation catholique reconnue d’utilité publique, acteur engagé dans la protection de l’enfance.

(2)Association à but non lucratif qui s’occupe de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/sida et des orphelins et enfants rendus vulnérables par cette maladie.

(3) SAR-AFRIQUE est une ONG de droit togolais qui penche sur les multiples problèmes auxquels sont confrontées les couches sociales les plus défavorisées qui n’ont pas accès aux services de base. Infrastructures, la santé, éducation, la protection des droits de l’enfant, l’eau potable, au développement agro-pastoral et à la sauvegarde de l’environnement.

Cette entrée a été publiée dans Les apprentis d'Auteuil, Les jeunes écrivent, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.