Une soirée parisienne autour de Soeur Marie Stella

Soeur Marie Stella, interrogée par Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin et Sophie Laurant, grand reporter à Pèlerin

Soeur Marie Stella, interrogée par Anne Ponce, directrice de la rédaction de Pèlerin (à droite) et Sophie Laurant, grand reporter à Pèlerin, dans le choeur de la magnifique église Notre-Dame de la Croix. (Photo B. Bourin)

 

Hier soir, Soeur Marie Stella était l’invitée,avec Pèlerin, de la paroisse Notre-Dame de la Croix dans le XXe arrondissement de Paris.
Elle a donné des nouvelles de l’association Vivre dans l’Espérance qu’elle a créé en 1998 et qui se développe de façon incroyable. Forte de ses trente-cinq salariés et de sa quarantaine de bénévoles, l’association assure les soins et le suivi social, psychologique et spirituel de 1450 personnes séropositives. En outre, elle assure

Soeur Marie Stella retrouve des amies togolaises. (Photo B. Bourin)

Soeur Marie Stella retrouve des amies togolaises. (Photo B. Bourin)

l’éducation complète d’autant d’orphelins.

Lors de la soirée, a été ainsi évoqué le chantier du nouveau Centre de soins qui sera terminé à la fin de 2016, grâce, en grande partie à la générosité des lecteurs de Pèlerin.
Mais aussi, le projet de ferme, exploitée par des jeunes de l’association au profit des enfants et pour dégager des bénéfices, grâce à la culture de céréales, de légumes, à l’élevage de petit bétail et bientôt, de pisciculture.
Un autre projet concerne le groupe de « petites mamans ». Celles-ci sont des jeunes campagnardes qui n’ont pas été scolarisées et risquent d’être exploitées par leur famille ou bien mariées de force. L’association a négocié avec ces huit adolescentes qu’elles viennent aider Maman Rita à la nurserie, car il y a trop de nourrissons, de bébés et de tout-petits enfants pour qu’elle puisse les suivre seule.
Soeur Marie Stella a ensuite évoqué sans tabou les questions de prévention du sida auxquelles elle est confrontée dans son travail auprès des jeunes et des couples.

Camille a raconté la joyeuse vie quotidienne des enfants, tous "frères et soeurs" ,  à la maison familiale Sainte-Monique. (Photo B. Garachon)

Camille a raconté la joyeuse vie quotidienne des enfants, tous « frères et soeurs » , à la maison familiale Sainte-Monique. (Photo B. Garachon)

Puis, de nombreuses personnes dans l’assistance ont apporté leur témoignage, très émues de ce qu’elles ont vécu à Dapaong. « Il y a de la joie, de l’amour et de la bonne humeur tout le temps » ont-elles expliqué malgré le tragique des situations familiales. C’est là que se manifeste le don de Vivre dans l’Espérance et le charisme de sa directrice, Soeur Marie Stella.

 

Cette entrée a été publiée dans Le réseau des amis français, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.