« Joyeux Noël 2018 » depuis Dapaong

nativité togolaiseLes soeurs hospitalières de Dapaong, au Nord du Togo, souhaitent un Joyeux Noël à tous les parrains et donateurs européens. Elles profitent de cette lettre circulaire pour nous donner des nouvelles des différentes structures de santé dans lesquelles elles sont impliquées – Parmi lesquelles, l’association Vivre dans l’Espérance que dirige Soeur Marie Stella. Voici leur texte.
Chers parents et amis des associations Yendube et Vivre dans l’Espérance
Les fêtes de fin d’année sont à notre porte et nous avons plaisir à vous rejoindre pour cette occasion d’autant plus que nous avons « sauté à pieds joints » la lettre de rentrée. Les occupations à ce moment-là ont fait que le temps était trop court et nous en sommes désolés.
Ce qui nous a beaucoup touchés c’est que plusieurs d’entre vous ont manifesté le désir d’avoir des nouvelles de nos centres, que ça leur manquait et c’est un vrai stimulant pour nous. Merci pour ce grand intérêt que vous portez à nos structures si fidèlement. Notre reconnaissance et notre amitié en sont d’autant plus grandes et renforcées.
Certains ont pu avoir la joie en septembre d’assister à un des concerts Soli ’choeur donnés par le groupe des jeunes de l’association VIE, qui a parcouru toute la France. Les jeunes sont revenus épuisés mais tellement heureux de toutes leurs rencontres et découvertes. La tournée a été un immense succès et sera renouvelée dans les prochaines années.
Nous vous souhaitons très bonne fête de Noël et heureuse année 2019. Que la Paix règne sur le monde, il en a grand besoin
Soeur Geneviève Marie

Bon Noël, Paix dans les coeurs, les familles, les communautés !
Bonne année 2019 ! Que le Seigneur tourne vers nous son visage et qu’Il nous apporte lui-même la PAIX !
Les communautés, le personnel de nos structures, les enfants de nos centres.

Les nouvelles de la Pédiatrie par Soeur Angèle Marie

Quelques résidents du nouveau centre de néonatalité de l'hôpital pédiatrique Yendube. (Photo D. R.)

Quelques résidents du nouveau centre de néonatalité de l’hôpital pédiatrique Yendube. (Photo D. R.)

C’est une grande joie de vous retrouver en cette fin d’année pour vous donner ainsi des nouvelles de la pédiatrie Nous avons vécu l’Assemblée Générale ordinaire de l’Association Hospitalière Yendube, le 21 avril 2018, occasion de rendre compte de la gestion et des activités des trois centres de santé, l’Hôpital d’enfants, le Centre de soins pédiatrique de Korbongou et le Centre de santé mentale.
Le 19 avril 2018, fut inauguré officiellement le nouveau service de la Néonatologie en présence des autorités sanitaires, administratives et traditionnelles de Dapaong. Moment de joie, d’action de grâce et de reconnaissance à Dieu et à tous les donateurs qui ont permis de réaliser une telle merveille en faveur de la Vie à son étape la plus fragile.
Bien que l’équipement ne soit pas au complet, ce nouveau service a accueilli ses premiers nouveaux-nés en juillet à la grande satisfaction des parents et des soignants. Un grand travail d’organisation reste à faire et pour cela il faut plus de personnel. Nous comptons toujours sur la Providence qui ne nous a jamais fait défaut depuis les débuts de cet hôpital, il y a de cela 56 ans !
Depuis le mois de juillet, c’est la grande affluence à l’hôpital. Comme toujours, la pathologie dominante de cette période est le paludisme avec anémie pour conséquence. D’autres pathologies bien que minoritaires, contribuent à cet engorgement du service d’hospitalisation et malheureusement il nous arrive de perdre certains enfants. Ce sont des épreuves très douloureuses pour les parents, les soeurs et le personnel qui est activement engagé pour sauver le maximum d’enfants qui arrivent dans un état de grande détresse.
L’histoire de  Yendoubé, cet enfant sur la photo illustre bien ces drames que nous vivons par moment à l’hôpital : Derrière le sourire innocent de ce petit ange, se cache une histoire des plus dramatiques.
En effet en deux jours, le 12 et 13 septembre, Yendoubé a perdu deux soeurs et  un frère et lui-même a été sauvé de justesse ici à l’hôpital d’enfants ! Il est désormais le rescapé d’une fratrie de quatre enfants ! Les autorités sanitaires alertées, ont commencé une investigation dans le village de provenance de la famille et jusque-là, c’est l’hypothèse d’une intoxication alimentaire qui est retenue. Nous attendons toujours les résultats des prélèvements effectués.
Voici aussi l’histoire de Marie Charles : cette enfant a été retrouvée abandonnée sous la

La petite fille abandonnée, âgée de dix-huit mois environ, a retrouvé une maman d'adoption. (Photo D.R.)

La petite fille abandonnée, âgée de dix-huit mois environ, a retrouvé une maman d’adoption. (Photo D.R.)

grotte mariale de la Cathédrale de Dapaong dans la nuit de 10 octobre. Les prêtres de la paroisse, alertés par les élèves venus étudier sous les lampadaires de la grotte, ont découvert l’horreur : une fillette présentant les signes d’une malnutrition sévère était abandonnée dans un coin, le sac de ses habits à côté. Ses membres étaient enflés et elle a des plaies partout sur le corps.
Ceci est certainement un fait dû à la détresse d’une mère célibataire sans soutien qui a fini par abandonner son enfant. Ce cas n’est malheureusement pas isolé mais sa particularité est que l’enfant abandonnée est malade et déjà grande (entre un et deux ans). D’habitude, nous recevons des bébés abandonnés à la naissance.
Même au milieu de ces situations douloureuses, le Seigneur nous montre les Signes de la victoire de l’Amour. Marie Charles (nom donné par les soeurs), vient de trouver une nouvelle maman ! En effet, l’annonce étant faite à la paroisse en vue de rechercher la mère biologique, une femme qui venait de fêter ses 70 ans s’est portée volontaire pour venir à l’hôpital assister l’enfant et propose de l’accueillir en famille à sa sortie d’hospitalisation en attendant les résultats des recherches de la mère !
Autant dire, qu’aujourd’hui comme hier, la misère, nous la vivons au quotidien en partageant la vie de cette population rurale qui parfois manque du nécessaire à sa survie. Cependant c’est une grande joie de voir cette grande chaîne de solidarité qui se tisse aussi bien ici qu’au-delà des mers pour nous aider dans cette lutte quotidienne.
Merci donc à vous tous qui nous aidez à faire fonctionner cet ensemble en nous envoyant des fonds, des colis de matériels, du lait, des vêtements. Tout cela est toujours bienvenu car la vie continue, nos petits malades sont toujours là et nous sommes à leurs côtés, nous jeunes soeurs africaines pour continuer cette oeuvre immense initiée par nos soeurs françaises.
Notre amitié fraternelle vous accompagne et vous rejoint dans tout ce que vous avez à vivre au quotidien.
Soeur Angèle Marie

Des nouvelles du Centre de santé mentale par Soeur Ghislaine Marie

Des bénévoles en train de soigner des personnes souffrant de troubles mentaux qui errent dans les rues de Dapaong (Photo D. R.)

Des bénévoles en train de soigner des personnes souffrant de troubles mentaux qui errent dans les rues de Dapaong (Photo D. R.)

Au Togo, tout le monde constate la présence de personnes identifiées comme malades mentales dans les rues, dans les centres urbains. Il demeure quasi impossible de circuler dans les artères des agglomérations urbaines sans croiser ces personnes.
Ici à Dapaong, il y a un manque d’infrastructures d’accueil et de suivi des personnes atteintes des troubles psychiatriques ; il n’existe pas de structures d’accueil et de prise en charge psychosociale des malades errants. On constate qu’il subsiste une proportion importante de personnes atteintes de troubles mentaux qui ne bénéficient pas de prise en charge.
En prélude de la journée mondiale de la santé mentale célébrée chaque année, le 10 octobre, nous avons organisé une journée pour la visite et une proposition de prise en charge si possible des malades errants le lundi, 08 octobre 2018 dans la ville de Dapaong. Cette activité avait pour objectif de dédramatiser la maladie mentale à Dapaong et de susciter un changement de regard de la population vis-à-vis des errants.
Pour atteindre cet objectif, nous avons mobilisé
• Des ressources humaines (3 Ingénieurs en Santé Mentale, 2 psychologues cliniciens, 1 Infirmière, 1 sociologue, 1 chauffeur, 3 agents des forces de l’Ordre) ;
• Des ressources matérielles (4 motos et 1 voiture, des fournitures)
• Des ressources financières (déclinées en termes de médicaments, des kits alimentaires, des kits vestimentaires, et hygiéniques…)
L’activité a été débutée vers 8h45 avec le passage de trois équipes dans les artères de la ville de Dapaong. Chaque équipe était composée d’un spécialiste en santé mentale et d’un gendarme. Un itinéraire a été élaboré pour chaque équipe.
Chaque équipe était partie munie des kits pré-cités. Le travail a été réalisé grâce à l’approche inclusive que nous avons utilisée qui consiste à impliquer fortement la population surtout les proches des malades errants. Ces proches ont été sensibilisées à continuer à assister les patients et à les accompagner au centre lorsqu’ils observent que le patient présente des effets secondaires après notre passage. Au total 21 malades errants ont été touchés et pris en charge.
L’activité mérite d’être soutenue et pérennisée avec la collaboration de tous, pour prendre en charge le maximum possible des malades mentaux errants, assurer la sécurité de la population, et d’une certaine manière améliorer la santé dans la ville de Dapaong.
Nous prévoyons de continuer l’activité avec l’implication de tous (autorité locales, bienfaiteurs,) car « la santé mentale implique chaque citoyen et chacun peut faire quelque chose ». Merci à chacun de vous.
Soeur Ghislaine Marie
Des nouvelles du Centre de Santé de Korbongou par Soeur Catherine Marie
Nous vous rejoignons chers collaborateurs, amis et bienfaiteurs à la fin de cette grande saison des pluies dans le Nord-Togo, qui nous a secoué avec des grosses pluies faisant

Une maman attend pour la consultation avec son bébé. Grâce au centre de Korbongou et à sa politique de prévention et de sensibilisation, la malnutrition sévère recule. (Photo D.R.)

Une maman attend pour la consultation avec son bébé. Grâce au centre de Korbongou et à sa politique de prévention et de sensibilisation, la malnutrition sévère recule. (Photo D.R.)

tomber les habitations (Cases rondes construites en terre) de certaines familles de notre village ; mais nous espérons de bonnes récoltes chez les paysans afin qu’il y ait moins de famine.
En ce qui concerne le Centre de santé pédiatrique de Korbongou, nous rendons grâce à Dieu car l’évolution est maintenue, la fréquentation est bonne grâce au dynamisme, la bonne volonté et une meilleure organisation de tout le personnel. Les mamans, malgré les Unités de soins périphériques qui nous entourent, parcourent des longues distances, sous la pluie, pour nous amener les enfants ; ceci prouve la satisfaction et l’efficacité des soins que nous leur donnons. Nous manquons de certains matériels de soins mais avec le peu, Dieu bénit et guérit ses pauvres enfants par nos mains (2630 enfants consultés, 501 hospitalisés et guéris, moins de malades référés et de décès.)
Nous avons remarqué la diminution des enfants en malnutrition sévère interne mais plus d’enfants en malnutrition modérée externe, cela est dû à la sensibilisation des mamans qui tardent moins à amener les enfants en début de perte de poids.
Notre communauté et le personnel du centre vous redisent un sincère merci pour vos multiples gestes d’amour et de générosité pour nous soutenir dans le service hospitalier. Nous comptons toujours sur vous et vous assurons de nos humbles prières.
Soeur Catherine Marie
Des nouvelles de l’association Vivre dans l’Espérance par Soeur Marie Stella
En cette fin d’année, comment ne pas redire encore et toujours : Merci pour toutes les actions, les nombreuses rencontres au cours de la tournée Soli’choeur, signe de fraternité et d’un grand Amour.
J’ai été marquée par vos témoignages, car au coeur de vos propres difficultés, de vos épreuves quotidiennes vous avez pu vous donner jusqu’au bout sans compter. Merci beaucoup, à vous tous, car la goutte d’eau de chacun a donné la mer pour tous les enfants en marche vers l’Avenir. Merci, Merci !
Ce 1er décembre nous avons célébré la journée mondiale du sida par une très belle rencontre à Korbongou. Merci à tous ceux et celles qui sont venus nous rejoindre cette année, donnant de leur temps et tissant ainsi des liens fort d’amitié, de fraternité. Merci ! nous prions pour vous.
Soeur Marie Stella

Les danseuses du groupe Soli'choeur. (Photo Jean Yoabone/VIE)

Les danseuses du groupe Soli’choeur. (Photo Jean Yoabone/VIE)

 

 

Cette entrée a été publiée dans Marie Stella écrit, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>